affiche-permanence-2012-6.jpg

Aidez-nous à faire bouger Samsung.

Aidez-nous à faire bouger Samsung. Signez cet Appel  !

Allez signer la Pétition sur  : cliquez sur lelien ci-après:   http://www.peuples-solidaires.org/appel-urgent-357_chine-samsung/ 

Les ONG SHERPA, PEUPLES SOLIDAIRES et l’association de défense des consommateurs INDECOSA-CGT ont porté plainte le 26 février 2013 à Bobigny contre la multinationale SAMSUNG pour ne pas avoir respecté ses engagements en matière de "responsabilité sociale des entreprises" en fermant les yeux sur les conditions de travail indignes chez ses sous-traitants Chinois.

Lors de la conférence de presse, Arnaud Faucon est intervenu pour INDECOSA-CGT :  

C’est aujourd’hui pour nous une grande première, puisque aucune autre association de consommateurs issue du mouvement syndical français n’avait entamé ce type de démarche. 

 En effet, à travers cette plainte, nous souhaitons voir mettre fin à certaines pratiques de multinationales qui utilisent  trop souvent la responsabilité sociale des entreprises comme un outil de « marketing » et influence de manière négative les choix des consommateurs. 

 Le plus condamnable pour un groupe Coréen comme SAMSUNG, est que son pays s’était engagé à travers un accord de libre échange avec l’Union Européenne à respecter les conventions fondamentales de l’OIT. 

 D’ailleurs, dans ces conventions figure l’interdiction du travail des enfants, ce que ne respecte pas SAMSUNG à travers ses sous-traitants. 

 Selon une enquête du CREDOC de juin 2011, 60 % des personnes interrogées ont entendu  parler de la responsabilité sociale des entreprises. Une part importante des sondés estime  qu’une entreprise socialement responsable respecte les lois en matière de condition de travail. 

 Partant de ce constat, il est fort probable qu’un consommateur qui veut acheter un mobile ou une tablette y regardera à deux fois si celui-ci est informé de l’attitude de SAMSUNG envers ses salariés.  D’autres grands groupes mondiaux ont tenté, à tord, de ne pas tenir compte de la parole des consommateurs. Dans les années 90, Nike ignorant dans un premier temps les critiques sur les conditions de travail de ses sous-traitants en Indonésie, avait dû dans un second temps se résoudre à changer rapidement d’attitude voyant ses ventes stagner et son chiffre d’affaire baisser.  

 Ainsi, au-delà de la procédure envisagée, cette conférence de presse nous permet d’alerter les consommateurs sur les conditions sociales de fabrication des produits de la firme multinationale. C’est l’occasion de lancer un appel urgent aux pouvoirs publics pour légiférer sur la question de la responsabilité sociale des grands groupes. 

 Je peux vous dire que cette question touche également les grandes multinationales françaises puisque nous avons entamé une action contre l’une d’elle sur des faits de « greenwaching ». 

 Trop souvent, les multinationales dressent un écran de fumée en tant que maison mère et sont très peu regardantes vis-à-vis de leurs sous-traitants. Notre volonté est d’étendre la responsabilité à tous les sous-traitants quelques soit leur rang. Le Président de la République s’était d’ailleurs engagé dans ce sens le 12 avril dernier : « Je souhaite…que soient traduits dans la loi les principes de responsabilités des maisons mères vis-à-vis des agissements de leurs filiales à l’étranger lorsqu’ils provoquent des dommages environnementaux et sanitaires. » En tant qu’association de consommateurs d’origine syndicale, nous nous battons également pour que la future loi tienne compte du respect des droits collectifs tels que la liberté syndicale et le droit de grève. Face à la mondialisation, nous nous devons d’être unies et solidaires et  l’action que nous menons ensemble contre SAMSUNG va dans ce sens.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau